Entretien avec Joffray Klorek, Président du FC Hettange

FCH : Bonjour Joffray. Tu es aujourd’hui président du FCH, mais depuis quand es-tu impliqué au club ?
J.K : Lucas (son fils) est arrivé au club je pense en 2009, et j’ai dû intégrer le comité en 2010 ou 2011. Cela fait déjà un petit bail…

FCH : Pourquoi avoir choisi de reprendre la présidence du club ?
J.K : Quand Fabrice (Bardin, l’ancien président) a exprimé son désir de souffler, nous nous sommes concertés. N’ayant jamais joué au club, je ne me sentais pas forcément légitime pour lui succéder, mais cela semblait être la meilleure solution pour assurer une sorte de continuité. Et Fabrice, en restant au club, garantissait un relais précieux.
Je pense aujourd’hui que le club n’a traversé aucune turbulence et nous capitalisons sur le magnifique travail réalisé par mon prédécesseur.

FCH : Ta première saison de présidence vient de s’achever, quel bilan en tires-tu ?
J.K : C’est une question compliquée. Je suis un peu partagé entre frustration et satisfaction. Satisfaction tout d’abord car j’ai le sentiment que nous œuvrons tous dans le même sens et que l’ambiance est bonne. Cela peut paraître anodin, mais j’y accorde une grande importance. Enregistrer 4 arrivées au comité quand on sait la difficulté qu’éprouvent toutes les associations à recruter, voire simplement à garder leurs bénévoles, en est une belle illustration.
Certaines choses se mettent en place au sein du club, et tout le monde joue le jeu ; je pense à notre école de foot qui se structure, ou au pôle sponsoring que nous développons actuellement.

FCH : Et la frustration ?
J.K : Mes frustrations sont principalement liées à mon caractère. J’ai peu de patience et j’aimerais que tout aille plus vite, alors je dois parfois me résonner tant le travail réalisé par chacun au quotidien est louable.

FCH : Peux-tu nous dire quels ont été les principaux chantiers de l’intersaison ?
J.K : Le principal chantier a été le recrutement de notre nouveau coach sénior. Comme chacun sait, la LGEF, sous l’impulsion de la FFF, nous impose un éducateur diplômé du BEF (Brevet d’Entraîneur de Football), et trouver la perle rare n’a pas été chose facile.
L’autre chantier, comme lors de chaque intersaison, consistait à assurer que nous aurions les staffs suffisants dans chaque catégorie. Bien que je sois conscient que cet aspect est encore perfectible, je compte sur l’implication des parents, et des idées germent pour susciter des vocations.

FCH : Un petit mot sur notre candidature au BMF apprentissage ?
J.K : C’est vrai, nous avions également pour projet d’inscrire un candidat au BMF (Brevet de Monteur de Football) en apprentissage. Cet engagement nous ouvrait de nouvelles perspectives, avec un grand nombre d’heures à prester pour le club, mais cela n’a pas fonctionné. Nous nous sommes heurtés à certains rouages de la LGEF sur lesquels je préfère ne pas m’étendre. Nous avons toutefois eu la chance de nous attacher les services de deux contrats civiques dont la contribution est très attendue.

FCH : Quels seront les objectifs du club cette saison ?
J.K : Ils sont divers. Le premier est de continuer à structurer le club pour lui donner les moyens de la politique que nous souhaitons mener. Cela passera par différents chantiers opérationnels pour nous soulager des discussions parasites, et par l’apport de fonds, nerf de la guerre incontournable, pour nous donner un peu d’air. Cela permettra aussi de nous équiper et de véhiculer l’image d’un club dynamique, à l’ambition raisonnée, et où il fait bon grandir et vivre.

FCH : Et le second ?
J.K : Il est bien entendu sportif. Chez les jeunes l’objectif est clair : parvenir à plus ou moins long terme à hisser toutes nos équipes au niveau ligue, et nous nous y employons.
Nous sommes en recherche de label, et la contribution de nos contrats civiques, guidés par nos responsables de formation, devrait nous permettre d’atteindre cet objectif.
En un mot, toutes nos équipes de jeunes, au regard du niveau qui est le leur, ont la montée pour objectif.

FCH : Et quels sont les objectifs pour les séniors ?
J.K : Chez les séniors, hisser notre équipe C en D2 (2ème division de district) est un vrai challenge, auquel j’attache beaucoup d’importance. Nos équipes B et A ont quant à elles pour mission de (très) bien figurer dans leurs championnats respectifs, avec le secret espoir (qui ne l’est plus du coup…) d’une accession en Régionale 1. Ce serait le meilleur moyen, pour moi, de remercier la municipalité pour ses efforts répétés pour nous doter d’un bel outil de travail, et dont nous verrons le projet se concrétiser, sauf imprévu, pour le 15 juillet au plus tard (rénovation des infrastructures au Stade des Carrières, avec notamment un nouveau terrain synthétique).

FCH : Parle-nous des ambitions du club à moyen termes et des besoins pour les atteindre ?
J.K : Je vais être très direct pour répondre à cette question. L’ambition est d’asseoir à plus ou moins court terme le club en Régionale 1 avec nos séniors, et comme je l’évoquais plus tôt, au niveau ligue pour nos jeunes.
J’ai à l’esprit certains exemples de clubs, que je respecte pour cela, parce que je sais que les deniers ne font pas tout, mais que sans argent, tout est beaucoup plus difficile.
Je sais aussi qu’il faut une municipalité forte pour de nous accompagner, ce qui sera le cas avec l’arrivée du nouveau terrain synthétique. J’enfonce probablement une porte ouverte chez notre Maire, Roland BALCERZAK, en abordant la question des vestiaires, parce qu’il est d’une extrême lucidité à ce sujet. Je profite d’ailleurs de l’occasion qui m’est donnée ici pour le remercier, lui et ses équipes, pour leur présence à nos côtés.

FCH : Le club fêtera ses 50 ans d’existence en 2023, des festivités sont-elles prévues ?
J.K : Nous devons y travailler parce que cela va arriver très vite. Nous sommes toutefois un peu suspendus à l’avancée des travaux du nouveau synthétique, que je rêve d’inaugurer à l’occasion de la célébration de nos 50 ans. Des idées me trottent dans la tête pour cet évènement, et nos prochaines réunions de comité seront l’occasion d’échanger nos idées lors d’un grand brainstorming.

FCH : On ne va pas se quitter sans que tu nous racontes ton plus beau souvenir avec le FCH ?
J.K : En toute honnêteté, je n’ai pas un souvenir qui me vienne en particulier…je suis quelqu’un qui fonctionne (trop) à l’affectif, et j’ai en fait dans le dos un grand sac dans lequel je range tous mes souvenirs.
Ils sont tour à tour liés au sportif, mais sont aussi autant de moments passés avec les uns ou les autres, à partager, tout simplement, en tirant dans le même sens…

FCH : Un dernier mot avant de nous quitter ?
J.K : Simplement merci. Merci à tous, aux joueurs, aux bénévoles, aux parents, à la municipalité, à nos partenaires, à la CCCE et surtout à ma femme, qui a été la seule à voter contre moi le jour de mon élection (il rit).
Et surtout que ce couplet : « La la la lalalala…oohh FCH… » résonne encore à de nombreuses occasions dans les vestiaires les jours de victoire !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :